Le site de la protection sociale de la Pâtisserie

reference-dimage-2

Arrêt de travail

Qu’il soit consécutif à une maladie ou un accident, votre salarié va percevoir une indemnisation complémentaire aux indemnités de la Sécurité Sociale par votre intermédiaire.

2 étapes d’indemnisation

  1. Votre obligation de maintien de salaire (loi de mensualisation de 1978) pour vos salariés de plus d’un an d’ancienneté dans la profession. Cette obligation a une durée définie en fonction de l’ancienneté du salarié, la période maximum d’indemnisation allant jusqu’à 180 jours pour les salariés les plus anciens. Vous êtes assuré pour cette obligation et obtiendrez le remboursement du maintien de salaire auprès d’AG2R Prévoyance.
     
  2. L’incapacité de travail:  A la suite du maintien de salaire, le salarié qui est toujours en arrêt de travail va continuer à percevoir un complément à ses indemnités de Sécurité sociale et ce jusqu’à la reconnaissance en invalidité par la Sécurité sociale ou jusqu’au 1.095ème jour d’arrêt au plus tard.
    Cette garantie de prévoyance intervient également pour les salariés qui n’avaient pas un an d’ancienneté (au 91ème jour d’arrêt) ou encore en cas d’épuisement des droits issus du maintien de salaire lors de plusieurs longs arrêts de travail du salarié dans une année.

 

Invalidité

Le salarié qui est reconnu invalide par la Sécurité Sociale (que ce soit en 1ère, 2ème ou 3ème catégorie) va percevoir une rente complémentaire à celle de la Sécurité sociale jusqu’au jour où il percevra sa pension de retraite.

Décès

En cas de décès d’un salarié, un capital décès sera versé à son conjoint et/ou ses enfants (montant en fonction de la composition de la famille) et surtout une rente éducation (ne pouvant être inférieur à 2 160 € par an) pour les enfants à charge.